Création d'entreprise et situation de crise : et si c'était le bon moment ?

Création d'entreprise et situation de crise : et si c'était le bon moment ?

On pourrait se dire qu'en ces temps de crise économique, l'heure n'est pas à la création d'entreprise.

Or depuis 2009, force est de constater qu'il ne s'est jamais autant créées d'activités en France. Un paradoxe ? Non, plutôt un effet d'aubaine !

Si la crise avec toute sa brutalité fait vaciller les fondamentaux économiques de notre société, l'électrochoc qu'elle génère bouleverse les habitudes pour faire émerger de nouvelles activités et de nouvelles vocations.

Et de fait, dans un contexte chahuté, les regards deviennent différents. Avec ce nouveau point de vue, de nouvelles attentes naissent, et beaucoup d'entrepreneurs flairent alors l'opportunité qu'en temps normal ils auraient négligé. En d'autres termes, la crise économique a du bon. Elle crée un bouillonnement d'idées et d'innovations. Des nouvelles niches s'imposent créant autant de nouveaux métiers et de nouveaux services. Ces nouveaux business à portée de main font résonner l'espoir d'un rebond pour les entreprises en place. Dans le même temps, ils réveillent les envies de saisir sa chance en se lançant dans l'aventure de la création.

Clairement, le changement s'orchestre souvent mieux dans la rupture. Les problématiques soulevées par la crise économique ont mis au jour des vocations jusqu'alors tranquillement endormies dans le confort d'un emploi sûr. Et si le shaker de la crise bouleverse les équilibres établis, il redistribue aujourd'hui les cartes.

Du coup, face à la fragilité de l'emploi, la reconversion devient une vraie alternative au chômage subi. En 2011, 550 000 nouvelles entreprises ont ainsi vu le jour, dont 383 131 entreprises individuelles. Bon nombre de ces créations ont eu pour principal objectif de se créer son propre emploi.

Une aubaine pour tirer son épingle du jeu ? Assurément ! La crise agit comme un révélateur des vocations. Elle donne l'élan nécessaire pour redonner de l'espoir au pied du mur. La positive attitude s'impose, pour profiter et non plus subir la crise.


19/04/2012


«