Rivalis dans Idées Job

Rivalis en couverture du magazine Idées Job

"On peut créer 1 million d'emplois dans les TPE"

L'artisanat, 1ère entreprise française et 1er employeur de France, comme solution à la crise de l'emploi ? Telle est en tout cas la prise de position de Rivalis.

Avec plus de 2,5 millions de TPE en France, le calcul est simple. A raison de 1,8 emploi créé par TPE utilisatrice de la méthode Rivalis, on réduit de 4,5 millions le nombre de chômeurs. Cette société alsacienne dynamique et discrète propose des solutions de pilotage d'entreprise en temps réel dédiées aux petites entreprises qui méritent l'attention. Lionel et Damien Valdan, tous deux codirigeants, y croient ! Forts des vingt ans d'expérience de leur groupe auprès des dirigeants de TPE, ils affirment que la création de 1 million d'emplois n'est pas une utopie, ni une promesse électorale. "Nous constatons que la réalité des TPE françaises est à l'opposé de ce que l'on entend au JT ou ce que l'on peut lire dans la presse. Les TPE françaises se portent bien, elles embauchent même !". Les deux hommes nous entraînent sur le terrain de la France qui travaille et embauche; la France des artisans, commerces et services de proximité.

Crise de l'emploi ou du moral ?

Plus que la santé économique des TPE, c'est la motivation des entrepreneurs qui est en berne. "A travers notre réseau de conseillers, nous constatons que les dirigeants de TPE, en cette période de crise, n'ont pas de difficulté particulière, mais ne savent cependant pas de quoi demain sera fait. Ils hésitent dont à recruter ou à investir", explique Damien Valdan. Les dirigeants de TPE seraient frileux, sans véritable raison ? "Le contexte de crise en est une. Mais même en période de crise, les gens continuent d'aller chez les commerçants du coin, de faire réparer l'évier, leur voiture ... Les artisans locaux ne sont pas près de disparaître", poursuit-il. "En redonnant confiance au patron de TPE, nous lui permettons d'augmenter la rentabilité de son entreprise. Cela lui redonne l'envie d'embaucher", explique Lionel Valdan.

L'année dernière, 40% des TPE ont ainsi vu les chiffre d'affaires croître ... conseillées ou non par Rivalis. D'ailleurs, l'artisanat est la 1ère entreprise de France. Les TPE représentent en effet 97% des entreprises françaises... les PME (entreprises de 20 à 249 salariés) 3% et les grandes entreprises (250 salariés et plus) tout juste 0,2%. Les TPE, incluant notamment les artisans, génèrent plus du tiers de de l'emploi en France (37%), contre 27% pour les PME et 36% pour les grands groupes. Produisant à elles seules 28% de la valeur ajoutée de l'Hexagone (25% dans les PME et 47% dans les grandes entreprises), elles restent le tissus économique de fond... celui dans lequel se reconnaissant une forte majorité de Français. "Le travail bien fait, près de chez soi, a la cote. Les Français renouvellent plus facilement leur confiance à leur petit artisan ou commerçant du bas de la rue qu'aux grandes plates-formes de hotliners délocalisées qui, au quotidien, ne peuvent rien pour eux. Il y a quinze, vingt ans, un produit artisanal était un produit bricolé, ni trop beau ni trop bon. Aujourd'hui, ce même produit est limite luxueux!", souligne Damien Valdan. Savoir-faire, proximité, capacité de réaction et d'adaptation à leur environnement, les TPE disposent d'atouts. Encore faut-il qu'elles en aient conscience !

Ca va, merci !

"Les TPE vont bien, certes, mais imaginez une seconde que l'on déploie la même intelligence et les mêmes moyens que ce que l'on accorde aux grands groupes... Les effets de levier sur l'emploi seraient énormes. Il n'y a qu'à jeter un œil chez nos voisins allemands qui ont majoritairement investi dans les TPE et PME. Ils s'en sortent beaucoup mieux ! Alors je pose la question à notre gouvernement : ne serait-il pas temps d'investir là où sont les vraies forces vives de notre pays ?", explose Damien Valdan. De là à soumettre l'idée d'une petite subvention pour aider les TPE à s'offrir les services de Rivalis, il n'y a qu'un pas. "Et pourquoi pas ? Bien que nos tarifs soient tout à fait abordables, ce serait une belle incitation. J'irai même plus loin en soumettant l'idée que Rivalis puisse devenir d'utilité publique !", réplique, en riant Lionel Valdan.


Télécharger le PDF

19/04/2012


«