Défi Rivalis : La région Nord

Sous la houlette de son président, Vincent Cordonnier, la région Nord participe au défi Rivalis.

Des terrils du Nord…

C’est un patrimoine cher aux « gens du Nord », les terrils de Loos-en-Gohelle dits « Les Jumeaux », seront le théâtre de la réalisation du défi Rivalis de « région Nord » le 27 octobre. Les terrils font évidemment partie du paysage de la région Haut de France, ce sont des éléments incontournables du patrimoine industriel et culturel de cette belle région.

C’est bien ce que confirme Vincent Cordonnier en répondant à la question sur le choix du défi « Parce que ça représente notre patrimoine, les terrils, les corons… ».

Pour apporter leur participation au défi Rivalis, 17 Conseillers du réseau Rivalis ont décidé de s’y rejoindre et de monter au sommet du 11/19, l’autre nom du terril.

« Comme Caroline, Damien et Nicolas, nous n’avons pas d’entrainement particulier », nous précise Vincent. Ce n’est pas pour autant qu’il faut négliger la difficulté de la montée, ni l’équipement. En effet, avoir des bonnes chaussures de marche est recommandé.

Au sommet du terril, un belvédère permet d’avoir une vue imprenable sur tout le bassin minier et sur les autres terrils. « Nous avons choisi de joindre l’utile à l’agréable. Nous marcherons entre une heure et deux heures, ça dépendra de la météo et de la condition physique de chacun. Nous brandirons le drapeau RIVALIS et son nouveau logo, c’est l’une des raisons principales pour lesquelles nous gravissons ce terril. Ensuite, nous prendrons un petit apéritif tous ensemble. Dans le Nord, tout comme les terrils, la gastronomie fait partie de notre patrimoine. Je ne fais pas la liste des plats réputés qui composent nos traditions culinaires. C’était donc aussi l’occasion de partager ce moment de convivialité » ajoute -t-il.

« A l’image de Rivalis Siège, nous défendons des valeurs à savoir l’entraide et la cohésion d’équipe. Nous avons l’occasion dans notre quotidien de mettre en pratique ces mêmes valeurs. Nous remarquons, aussi bien entre conseillers qu’avec les patrons d’entreprise, que l’entraide est indispensable. S’il n’y a pas d’entraide, le patron reste isolé. Depuis 20 ans, nous le savons la solitude du patron est un frein à son développement. » explique Vincent Cordonnier.

« Notre ascension nous prendra peu de temps, mais c’est certain que nous ne laisserons personne sur le chemin, ni en haut, ni en bas. Que nous aidions les chefs d’entreprise ou les collègues de la région « Nord » nous gardons en tête que l’entraide est tout aussi indispensable lors d’une activité physique que dans notre quotidien ».

« Réaliser ce défi nous offre la possibilité de nous voir en dehors des réunions et du travail. Cela permet de mieux nous connaitre, en apprendre un peu plus sur l’Autre. Ainsi, nous renforçons nos liens et bien sûr, ça participe toujours à la cohésion d’équipe ».

Vincent Cordonnier conclut en précisant que la légendaire bonne humeur des gens du nord sera au rendez-vous à l’occasion du barbecue qu’ils partageront à la fin de la journée.

A Château-Thierry dans le département de l’Aisne ….

Nathalie AUZIE, responsable du défi pour Château-Thierry (Aisne), répond à nos questions au sujet du défi Rivalis qu’elle va réaliser avec les autres membres du réseau, situé dans le département.

« Pour faire un pendant à l’aventure de Damien et Caroline, nous avons choisi un point culminant nous aussi. Contrairement à eux, nous allons réaliser un défi plutôt culturel. » Nathalie complète « Nous n’avons pas besoin de préparation physique particulière, ni de matériel de randonnée professionnel. »

Remontant à l’époque médiévale, le château, classé monument historique, est donc chargé d’Histoire et d’histoires. Pour preuve, Philippe Le Bel, Philippe IV le Hardi, Charles IV le bel, Philippe Le Valois, Blanche de France ont parcouru les couloirs de la forteresse. L’ensemble architectural domine la vallée de la Marne depuis plus de 2000 ans. Il accueille désormais, dans un parc arboré, tous les visiteurs souhaitant vivre une expérience exceptionnelle grâce aux activités ludiques et insolites.

C’est dans ce cadre que le samedi 27 octobre, dans l’après-midi, 4 membres du réseau ayant pris de   leur temps, se rendront à Château-Thierry et iront jusqu’au château de la ville (qui porte bien son nom) pour y brandir le drapeau Rivalis avec son nouveau logo.

« Cette action, outre le fait qu’elle fasse le parallèle avec le « défi Kilimandjaro », nous permet de démontrer les valeurs que nous défendons : la disponibilité et l’engagement ».  Nathalie poursuit « Le challenge que nous nous sommes lancés, a clairement pour vocation d’illustrer notre dévouement et notre engagement quotidien que nous mettons en œuvre auprès des chefs d’entreprise que nous accompagnons. Nous sommes, Conseillers Rivalis, disponibles pour accompagner les patrons dans toutes les phases de leurs développements ».

Nathalie explique que cette activité prouve aussi que les membres du réseau sont capables de se retrouver en dehors de leur activité professionnelle. « Nous profiterons de ce moment ensemble pour échanger, discuter et manger ensemble dans un cadre naturel très agréable. Nous espérons que la météo sera de la partie » conclut-elle.

En passant par l’Afrique

Entouré par le Mali, le Niger, le Bénin, le Togo et le Ghana, le Burkina Faso est bien loin des terrils et des châteaux du nord de la France ou de la campagne normande.

Jonathan BAGGENSTOS a décidé depuis quelques années de se mettre au service d’une association Humanitaire, c’est aussi le challenge qu’il a décidé de relevé à l’occasion du Défi Rivalis.

« Je pars en même temps que les « 3 aventuriers » (Caroline, Damien et Nicolas, ndlr). Ce défi, que je réalise une fois par an, me permet de donner un peu de mon temps, de mes compétences et d’échanger sur la culture africaine, notamment. » explique le conseiller.

« Ce périple a pour objectif d’agir sur la santé visuelle en Afrique. Avec mes amis et associés dans cette aventure, nous souhaitons venir en aide aux enfants ayant une vue déficiente, ils peuvent ainsi rester scolarisés. Les enseignants peuvent continuer à enseigner au-delà de 40 – 45 ans » rajoute Jonathan.

Suivez les Défis de la région Nord sur la page Facebook du Défi Rivalis